top of page
  • Christian Cuennet

ART 28-45mm/1.8 DG DN

Le premier zoom du marché mondial en ouverture constante de f./1.8 pour les capteurs "plein-format" 24x36 a été annoncé ce lundi 3 juin 2024, a été testé un peu partout par les photographes testeurs attitrés des centres Sigma, pour Sigma Suisse c'est notre Ambassador, Lionel Favre, spécialiste Sony qui l'a eu en main pendant 2 semaines qui a pu le tester en avant première et qui nous fait part de son test et donc de ses impressions.


Pas d’erreur dans le titre, c’est bien un objectif avec des spécifications peux communes, un zoom allant d'une focale grand angle de 28mm jusqu’à une focale standard de 45mm avec une ouverture constante incroyablement lumineuse de f/1.8. Le tout sur un capteur plein format de surcroît (DG = plein format, DN = Design pour boîtier sans miroir).


Les caractéristiques sont impressionnantes mais est-ce plutôt une démonstration technique de la part de Sigma ou une optique qui répond à un réel besoin sur le terrain ?


C’est ce que l’on va voir dans ce petit retour de terrain. J’ai pu l’utiliser dans diverses conditions pendant deux bonnes semaines, de quoi me faire un bon avis. Je vous y emmène...


Construction :

Dans la construction de l’optique, on est dans la lignée de la gamme ART de Sigma. Une finition très soignée avec une bague de mise au point large et précise à l’avant. Elle ne m’a jamais vraiment servi car la mise au point est précise et rapide avec les nouveaux moteurs linéaires. La mise au point se fait aussi en intérieur par faible luminosité grâce à la grande ouverture. Les moteurs linéaires précis et rapide se marient très bien avec la mise au point automatique sur les yeux des boîtiers Sony. Dur de rivaliser en précision et efficacité en manuel mais la bague de mise au point est tout de même là notamment pour les amoureux de photographie de ciel étoilé.


La bague de zoom est aussi large et fluide. Le zoom de 28mm à 45mm se fait en interne de l’objectif ce qui est très agréable. En ¼ de tour, on passe de grand angle à 45mm ce qui permet de changer très rapidement de cadrage au cœur de l’action.


On retrouve les très nombreux raccourcis de réglage sur le fût que l’on retrouve sur tout la gamme ART Sigma. La bague d’ouverture allant de f1.8 à f16 avec clic ou sans clic (pour la video). Possible de bloquer la bague en A pour laisser le paramétrage de l’ouverture sur le boitier plutôt que l’objectif. Le switch AF/MF est toujours présent permettant de débrayer l’autofocus en un clic lorsque l’on travail sur trépied par exemple. On retrouve aussi deux boutons personnalisables sur le fût comme sur le 24-70/2.8 II et plus qu'un seul.


Le pare-soleil accompagne aussi l’objectif avec le bouton permettant de le verrouiller. Très pratique, on évite les pare-soleil qui tombent au sol et se mettent à rouler lorsqu’ils frottent contre la veste ou lors du moindre choc.


Par contre, évidement avec cette plage focal et cette ouverture, il faut s’attendre a un beau bébé, on a un objectif juste sous le kg (960gr). La lentille frontal est aussi grande avec 82mm de filtre. En comparaison, un a7c avec aussi un 28mm f1.8 (objectif focale fixe, sans stabilisation et manuelle).

On y retrouve aussi la protection tout temps avec des joints d’étanchéité sur l’ensemble des boutons ainsi qu’au niveau de la monture.



Qualité optique :

Sigma fait à nouveau très fort avec cette optique. Le piqué est irréprochable dès la pleine ouverture. Malgré la grande ouverture, je n’ai pas trouvé de compromis en qualité optique.


Même en contre-jour en sous-bois à pleine ouverture, je n’ai pas pu mettre l’objectif en défaut, aucun signe d’aberration chromatique.

Ci-dessous, Crop 100% du centre de la fougère à f1.8... Malgré les faibles conditions lumineuse et l’ouverture de f1.8, les spors de la fougère sont visibles avec des détails très fin. Le capteur de 61mgpx du sony a7rIV n’arrive pas à mettre en défaut l’objectif !

L’objectif est aussi très bien protégé des reflets indésirables du soleil. Le parsoleil en tulipe bloquent les éventuel flares lorsque l’objectif est utilisé en grand angle.


Un des gros points fort de cet objectif est sa mise au point minimal 30cm. Associé à sa grande ouverture, on obtient des bokeh extrêmement crémeux et agréable isolant le sujet de son arrière-plan. Un exemple assez extrême avec un escargot en sous-bois par faible luminosité. Notez qu’a f1.8 les yeux de l’escargot sont hors champs de netteté.


Sa mise au point minimale et sa faible profondeur de champ permet de bien mettre en évidence des sujets très petits dans des endroits faiblement éclairés.

Les ambiances de sous-bois sont un vrai terrain de jeu pour cet objectif avec un bokeh très doux.

Sa plage focale en fait plus une optique destinée à la photo d’évènementiel, reportage, portrait ou de concert. Ce n’est pas vraiment mon domaine d’expertise, je suis plus dans la photographie animalière et de paysage. Pour ma pratique, j’ai trouvé la focale de 28mm très contraignante et un peu frustrante. J’ai souvent été contraint de faire des panoramas pour réaliser les images que j’avais en tête. Mais beaucoup adorent cette focale de 28mm la préférant souvent au 24mm par exemple.


(Panos de 6 images)


Mais cette plage focale est bien ciblée et destinée à la photo de reportage dans des lieux faiblement éclairés. Couplé a la reconnaissance faciale et détection des yeux, il est bougrement efficace.


Etant en sous-bois pour une partie du test de terrain, je me suis aussi amusé avec des pauses lentes. Ici un filet vertical avec des arbres.

Un autre type de filet, plus psychédélique uniquement possible avec un zoom. J’ai zoomé en même temps que la prise de la photo au centre d’une fougère.

Voila, je crois qu’il est temp de clore le test après ces images plus expérimentales 😊



Synthèse :

+ ultra lumineux, F1.8 sur toute la plage focal (zoom le plus lumineux)

+ pas d’AC

+ qualité optique excellente dès la pleine ouverture

+ AF rapide est précis (marche très bien avec AF automatique sur les yeux)

+ mise au point à 30cm

+ nombreux raccourcis directement sur le fut

+ construction, résistance à la pluie

+ optique parfaite pour de la photo reportage, en soirée, concert

 

- encombrement, frontale 82mm

- poids juste sous le kg

- plage focal particulière (commence seulement à 28mm)

 

On se quitte avec une série d’autre images prisent durant le test terrain.



3 juin 2024

134 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bình luận


bottom of page