La Norvège, une passion devenue scandinave...

Létizia Scarfo, photographe amateur de la Broye vaudoise, nous parle des ces nombreux voyages dans ce pays magique, la Norvège qu'elle affectionne beaucoup et avec lequel elle compte bien y retourner encore et encore ... ^_^


Cela fait bien des années que nous nous connaissons, Létizia est une artiste, elle a peint pendant des années des tableaux en toute humilité, mais déjà là des œuvres qui ne laissent clairement pas indifférent. Cette connaissance amicale s'est renforcé depuis que la photo est entré pour elle dans une vraie passion qui reste au final assez récente, une dizaine d'année qu'elle s'y ai mise sérieusement, au début c'était difficile puis de part son caractère et son envie d'avancer, au fil des années, aujourd'hui elle maîtrise et nous partage parfois de bien jolies images de paysages, particulièrement tout ce qui tourne autour des montagnes. Nikoniste, elle a dans son sac plusieurs Sigma dont les fantastiques Art 20mm et 24mm pour ses boîtiers dit "plein format". Entre sa passion pour la photo et celle pour ce pays nordique, cela nous donne un article intéressant à découvrir.


Merci à tous les fans de Sigma qui soutiennent notre site et notre blog, une belle et bonne lecture à toutes et tous.


Texte & images : Létizia Scarfo



Je pratique la photo depuis quelques années avec une pratique amateur et mon sujet de prédilection, le paysage. J'utilise lors de mes voyages dans ce pays du nord, mes 2 Nikon D750 accompagnés de mon inséparable 24mm/1.4 Art ainsi que du 20mm Art.


Un jour, nous avons décidés de faire un voyage dans un pays différent, avec une nature à foison, de la neige, de la vie sauvage et un minimum de touristes... La Norvège. Depuis j'y suis retournée 5x et j'y retournerai encore et encore.


En premier lieu, savoir où nous allons dormir. Nous avons pour ce premier voyage scandinave, décidé que nous dormirions dans des endroits atypiques, nous avons passés de longues semaines à chercher un "rorbu" avec un prix abordable, cuisine, douche privative et surtout avec du wifi, parce que oui, il faut noter que la Norvège reste un pays assez cher. Nous avons été surpris de voir que certains attendaient des semaines voir des mois pour nous répondre, c'est aussi pour cela que nous avons pris ou passé beaucoup de temps à organisé ce premier voyage, il a fallut ensuite faire un listing complet du matériel et des habits, télécharger les applications qui seront nécessaires en cours de route, sans oublier de regarder google Earth pour se faire une idée du terrain... Puis le jour J arriva, et hop départ !


Mars 2013 : Lofoten

Première fois que je foule le sol des Iles Lofoten. Un électrochoc ! Absolument unique et incroyable, je me sens chez moi de suite et suis déjà amoureuse. Le début d'une longue série.


Nous arrivons à notre "rorbu", ancienne cabane de pêcheurs aménagée avec le strict nécessaire pour les vacances. Premier choc, personne n’est là à notre arrivée. Clé sur la porte et le reste de l’argent devra être déposé sur la table. Deuxième choc, la salle de bain, un trou de 20 cm de diamètre faisant office de ventilation. Première décision des vacances, il ne sera pas pris plus d’une douche par semaine. La vue en face de notre "rorbu" était magnifique, que dire de ces couleurs au petit matin...je ne saurais comment décrire ce que l’on ressent la première fois que l'on se retrouve au milieu de ces fjords, c’est tellement apaisant. Nous avons également eu la chance d’avoir une coupure totale d’électricité sur l’île. Un froid glacial tombe rapidement dans la cabane mais nous avons pu voir un bout de pays sans aucune lumière, le noir total et je pense que c’est quelque chose d’unique d’avoir vécu ça. Un monde sans éclairage.


Avant toute chose, s'il vous prend l’envie de partir sur les Iles Lofoten, suivez ce bon conseil : sachez que ce n’est pas la Suisse, vous ne trouverez pas de station d’essence à tous les hameaux ; elles sont plutôt rares. Ne cherchez pas à trouver la meilleure marché. Prenez de l’essence dès que vous le pouvez si vous ne voulez pas partir à la chasse aux aurores boréales sur la réserve, sans savoir si vous allez pouvoir faire le chemin du retour. Cette première expérience aux Lofoten a été extraordinaire, nous avons été vraiment gâté par la météo, beaucoup de neige, de soleil et bien évidemment un petit passage de 2 jours enfermé dans la cabane à cause de mauvaises conditions météo.


Les îles Lofoten sont un archipel plein de beauté naturelle, d'histoire passionnante et de montagnes déchiquetées. La zone des aurores boréales, l'anneau de forme ovale autour du pôle Nord magnétique, est l'endroit où vous avez le plus de chance d'en observer. Si vous y allez à la mi-mars, ne manquez pas la fête de la pêche, cela peut devenir épique ! Je ne dirais rien de plus…


Février-mars 2014 : Lyngen Alps

2eme voyage... Nous sommes sur la route, la mine un peu défaite car c’est un paysage désolé qui se profile à nos yeux, je dirais presque lugubre. Il pleut. Nous arrivons devant notre maison, il n’y a que de la glace sous la neige, je sors de la voiture pour faire des photos du fjord, je reviens vers la voiture toute heureuse de mes images malgré tout et hop, à terre, je me relève et hop, à nouveau à terre ! Cela ne se voit pas sur cette photo mais j’ai bel et bien sauvé mon reflex avant tout, ma hanche s'en souvient encore !! C’était la première gamelle d’une longue série qui m’a valu de ne plus pouvoir dormir sur le côté gauche pendant 3 semaines.


Image prise lors d'une sortie à peaux de phoque, la lumière était incroyable ce jour-là.


Février-mars 2015 : Vesteralen Island et Sweden

Que dire de ce 3eme voyage... Nous avions trouvé une charmante cabane en bord de mer avec des lacs gelés tout près mais quand la météo ne veut pas, elle ne veut pas…point. Nous avons fait beaucoup de peaux de phoque dans de grosses flaques d’eau...la neige n’était vraiment pas d’accord de venir. J’ai tout de même pu faire de beaux clichés.


Photo prise depuis le bord d’un lac gelé à proximité de Bleik. Nous n’avons pas osé aller dessus, le bruit de bulles que l’on entendait ne nous a pas vraiment mis en confiance bien que nous ayons demandé aux locaux si c'était faisable.

Sortie en peaux avec une vue spectaculaire.


Nous sommes donc partis au final en Suède où la neige ne manquait absolument pas. Départ pour Riksgransen, 300 km plus loin.


Cette image a été prise sur un lac gelé en Suède, proche de la station de Riksgransen. Ce soir-là, il faisait particulièrement froid. Avec l’expérience des années passées, j’étais super bien équipée. Plusieurs couches, gants et chaussettes chauffantes car les aurores elles se méritent. Ce sont de longues heures à passer dehors à attendre. Mais ce soir-là, ne me demandez pas comment j’ai réussi à faire mon affaire, mais je me suis retrouvée avec le bout du nez collé sur mon trépied ce qui m’a arraché un petit bout de peau.


Mars 2018 : Lofoten. Premier voyage en solo.


Il est 23h00 quand je suis arrivée à destination. La propriétaire m’attendait dehors, ce qui était une première, je n’avais jamais jusqu’à présent fais la rencontre d’un hôte. Elle me montre le logement, nous dialoguons, chose déconcertante… Nous avons passé une journée ensemble, moi en raquettes, elle en ski de fond et son petit loulou. Elle m'a également invitée chez elle pour souper. Cette femme a vraiment été au petit soin pour moi. Chaque jour elle venait voir comment j’allais, elle m’a même fait des biscuits. Me suis fait une amie cette année-là, et quand un local vous dit de ne pas sortir, de ne pas aller dans certains endroits et bien vous l’écoutez.


Il faut aussi accepter d’être bloquée dans sa cabane plusieurs jours à cause d’une tempête, c’est avec ce genre de météo qu’il faut faire. Pluie, neige, vent, soleil...il faut être absolument réactif et ne pas trop se fier aux prévisions météorologiques. En une matinée vous pouvez tout avoir. Donc tous les soirs, les mêmes rituels, regarder la météo, choisir 1 ou 2 plans de secours, avoir son matériel prêt. Les places de parc étant très limitées, il faut vraiment être prêt et départ, advienne que pourra !


Mais en ce qui concerne les températures, elles sont rarement en négatif. Il ne fait pas plus froid que chez nous à cause du Gulf Stream. C’est un courant océanique prenant sa source près de la Floride. Il longe les côtes américaines avant de remonter vers l'Atlantique-Nord et de bifurquer vers l'Europe.



J’ai pris cette photo sur un pont, je rentrais d'une longue journée ensoleillée cette fois-ci quand soudain le temps est vite devenu brumeux, au final cela été la meilleure photographie de la journée.


Je suis à chaque fois ébahie et en exaltation de voir toute cette palette de couleurs que vous pouvez observer en une journée. Parfois, il neige tout ce qu’il peut en novembre, décembre ensuite plus rien. Vient le froid, la pluie et tout se transforme en glace. Vous pouvez y aller toutes les années et cela sera différent à chaque fois. C’est cela qui rend ce pays si attrayant car vous ne serez jamais déçu de la splendeur de tous ces changements de temps et de couleur.


Comme pour cette sortie, encore une fois, grand soleil annoncé, cela ne faisait même pas 5 minutes que j’étais raquettes aux pieds, et voilà que je me retrouve déjà avec une petite tempête au-dessus de la tête. Mais c’est grâce à cette météo capricieuse que vous ferez vos plus belles photos.

Aurores boréales prisent près de Gimsøya.


Et quoi de mieux pour une petite Suissesse que de manger du poisson frais qu'un local aura péché le matin ? Et non du congelé et ce, grâce à mon hôte, qui avait informé les pêcheurs qu'elle recevait une touriste. Ces personnes ont eu la gentillesse de me l'offrir. Arrivée dans la cuisine, je me rends compte que je n'ai pas vraiment de couteau approprié pour la coupe de mon cabillaud. Au final une vraie boucherie car j'ai dû le couper avec un couteau à pain !


Mon hôte m’avait avertie qu’il fallait faire attention aux élans le soir car ils descendent pour boire. Je ne me m’attendais pas à devoir planter sur les freins en pleine journée. Je vous rassure, voiture OK, élan OK, il a même eu l’audace de me regarder d’un air dédaigneux...


Elle m’avait également dit un soir de ne surtout pas sortir avec la voiture, une tempête était annoncée. Effectivement, je suis restée bloquée 3 jours dans ma cabane. Je n’ai qu’un bon conseil à vous donner, si votre hôte vous avertis de quelque chose ECOUTEZ- LE !


Pendant ces vacances, j’ai souvent galéré pour trouver une place de parc aux endroits où j’avais prévu de faire des photos d’aurores, ce n’est pas compliqué, il n’y en avait pas. Comme j’avais perdu beaucoup de temps à faire des repérages, j’ai décidé que j’allais faire la touriste et me payer une sortie photo avec guide pour savoir où étaient les endroits où il y avait moyen de se garer. Car non, vous ne pouvez pas vous parquer à l’arrache sur la route comme des sauvages. J’ai bien pris soin de garder le GPS allumé ainsi que les coordonnées pour l’année d’après ! Car faire des repérages lorsque vous êtes seule, ce n’est pas facile. Primo, vous n’êtes pas chez vous, il y a tout de même de la circulation, très peu de place où vous pouvez vous arrêter et le principal, lorsque l’on conduit, on ne peut pas regarder sa route et les paysages sous peine de finir à l’eau.


J'ai eu l'occasion pendant ces séjours d'y voir des élans (sans forcément leur foncer dessus ^^ ), des loutres, des lièvres, des hermines.


Encore merci Einy !


Mars 2019 : Voyage en solo, encore...

Comme toujours, arrivée tardive, le propriétaire est là. C’est la deuxième fois que je rencontre un hôte et lui aussi est aux petits soins pour moi. Il m'a vraiment beaucoup aidée et surtout avec la voiture qui n'arrêtait pas de me signaler des pannes avec les voyants lumineux. Mais lorsque vous ouvrez le mode d'emploi et que tout est en Norvégien, que dire…Merci Kai.


Donc encore un autre petit conseil, enregistrez le numéro de téléphone de votre logeur car si vous êtes en pleine nature vous serez heureux d'envoyer un sms pour qu'il vous fasse une traduction de la panne.


Mes meilleures photos ont été prises lors de sorties épouvantables où vraiment je me suis demandé : Mais qu’est-ce que tu fous là ??! Il fait froid, il y a du vent à décorner les bœufs, j’ai 3 couches, je ressemble à un bibendum, je pleure tellement le vent me gèle les yeux et là, soudain, la magie arrive...


L'image ci-dessous a été prise lors d’une petite rando où il était annoncé un soleil radieux pour toute la journée. Arrivée au sommet avec mes raquettes, je commence à prendre mes photos tranquillement, je me sentais tellement apaisée, seule au monde et tout à coup, je vois au loin cette énorme masse nuageuse. J’ai d’abord pensé, oups. Qu’est-ce que je fais, trop tard pour redescendre, j’ai l’application gps de mon téléphone, un powerbank avec moi, ce n’est pas haut, tout droit et je redescends par les arbustes. Je me suis mise à mitrailler car je savais que j’allais me prendre tout ça sur la tête d’ici peu. Effectivement, 10 minutes plus tard j’étais sous la neige et ne voyais plus à 2 mètres. J’attends donc que cela passe…à peine 5 minutes après c’était déjà fini …et je voyais sur la mer l’autre salve qui allait arriver. J’en ai eu 3 d’affilée.


Mais avant de pouvoir prendre les clichés plus bas, je vais tout de même vous raconter ce qui m'est arrivé avant : Je suis sur la route, il y a beaucoup de vent, c’est 9h00 du matin et là, je vois un homme qui me fait de grands signes sur la route. Bonne âme que je suis, je me dis : aujourd'hui ça caille, il n’y a finalement pas toutes les maisons qui sont occupées et que cet homme a peut-être un souci avec sa voiture ou autre. Je m’arrête et là, en 2 secondes j’ai compris que j’avais commis la pire erreur de ma vie. L’homme s’est rué dans ma voiture et était complètement ivre. Voilà, il voulait juste rentrer chez lui mais il était incapable de me dire où il habitait et de plus, il parlait l’anglais aussi bien que je parle l’italien. Il s’en est suivi de longues minutes pour qu’il sorte de la voiture et qu’il retourne d’où il était venu, c’est-à-dire de chez lui.

Je ne regrette vraiment pas d’être restée sur place….et c'est à chaque sortie comme cela.

Aurores boréales prisent depuis le camping où je logeais.

Si un jour vous êtes amenés à vous rendre dans le nord, photographiez mais surtout n’oubliez pas de simplement profiter du spectacle !! Pour résumer, je dirais que c’est viscéral, j’ai besoin d’y retourner. Je peux rester des heures sans croiser personne, c'est aussi pour cela que j'aime par-dessus tout y aller en hiver. J’aime ces couleurs qui sont si particulières, ces innombrables changements de temps, ce mélange d’émotions que je ressens dès je suis là-bas. Photographiquement, je ne me suis jamais autant améliorée que depuis que je vais sur ces iles, elles sont tellement inspirantes et exaltantes.


Photographie d’un halo. Je crois que j’ai à chaque fois eu l’occasion d’en observer un.

Photo prise à Kabelvag.


La suite ?


Mars 2020 : Oups, eh bien, non....

YOUR RESERVATION HAS BEEN CANCELLED


Décembre 2021-janvier 2022 :

Booked ! (départ le 27 ^^)

Février-Mars 2022 :

Booked !


Ensuite, il faudra bien que j'y aille au printemps et en automne une, ou plusieurs fois... En ce qui concerne l'été, je ne sais pas, il y a vraiment trop de touristes mais tout ça, c'est une musique d'avenir… Mais j'y retourne !



______________________

Merci !

______________________

254 vues5 commentaires

Posts récents

Voir tout