Patrick Cerf

Team Photographer Sigma Romandie depuis 2018

officiellement et définitivement depuis 2019

Team event owy : Bientôt... 2020

Imprimeur de formation, Patrick a également fait une école de journalisme et à œuvrer de longues années au Quotidien du Jura. Son métier au fil du temps l’a amené à devoir se mettre à la photo également il y un peu plus d’une bonne quinzaine d’années.

Il a pas mal baroudé à travers le monde et a immortalisé la photo urbaine,  des scènes de vie et aussi un peu de portraits un peu partout comme Marakkech ou New-York. C’est suite à un travail journalistique avec lequel il a dû également exécuter les images lui-même qu’il en est venu plus particulièrement à la photo portrait aujourd’hui, en effet,  pour un article au sujet d’un Conseiller National au Palais Fédéral de Berne, bien connu et représentant son canton, des images en lumière naturelle l’on motivé à poursuivre cette spécialité et le désir de s’améliorer suite au résultat et en définitive au feeling facile de sa personnalité pour diriger le modèle. Tout naturellement, il a commencé à développer cette passion avec des modèles un peu partout dans sa région. Aujourd’hui, il est devenu une référence et est capable de faire des séances de shooting de belle qualité. Non seulement on sent rapidement la douceur de sa mise en scène et de la mise en valeur de son modèle, mais en plus, il maitrise de mieux en mieux la lumière, la créativité et sa technique de traitement.

Son travail et sa personnalité lui apporte également aujourd’hui d’être un photographe « vip » sur certains shooting avec les ambassadrices Sigma Romandie. C’est pourquoi quelques-unes de  ses images sont aussi à découvrir sur le site dédiés à nos ambassadrices.

Il a découvert véritablement Sigma que depuis 2 petites années. Cherchant avant tout la qualité optique avec une netteté forte dès la pleine ouverture tout en étant pas obligé de dépensé trop, Patrick est venu simplement à un de nos event, en l’occurrence l’édition 2017 à La Tour-de-Peilz pour tester tout ce qu’il pouvait. Le jour même il craquait déjà pour le 85mm qui fut suivi par un 35mm.

1/1

Il nous dit :

C’est grâce à mon pote Jonas Bloque, un autre photographe jurassien, que je suis tombé dans la marmite de Sigma. Ca remonte au début de l’année 2017. J’avais choisi d’entrer dans une nouvelle dimension photographique en acquérant le Canon 85mm f/1.2. Au moment de valider ma commande, Jonas s’est foutu de ma poire en me disant que j’étais en train de faire une belle connerie et qu’il fallait que je teste la gamme Sigma ART.

 

Du coup, j’ai douté. Et j’ai bien fait de douter parce que quelques semaines plus tard, j’étais en train de tester le Sigma ART 85mm f/1.4 à l’event OWY de Vevey. Les yeux d’une des ambassadrices (Elo) sont sortis nets et éclatants tout de suite et j’ai directement signé mon bulletin de commande.

 

Depuis, c’est un outil indispensable à ma démarche créatrice. Son piqué est phénoménal et le bokeh qu’il produit est à tomber. Il ne faut toutefois pas se mentir: la bête fait son poids. Un poids qui peut faire douter les moins endurants. Sa prise en mains demande aussi un certain temps, particulièrement pour la gestion de la profondeur de champ. Perso, c’est entre f/2 et f/4 que je l’exploite le mieux, notamment pour des portraits en plans américains.

 

Au surplus, je possède depuis peu le Sigma ART 35mm f/1.4. Cette optique est à mon sens parfaitement complémentaire au 85mm. Idéale pour des travaux de portraits scénarisés en intérieur ou pour des travaux en milieu urbain. Là aussi, le piqué est vraiment impressionnant dès la pleine ouverture. Je dois dire, à l’instar du camarade Danny Gaillard, que je travaille essentiellement à f/1.4. Ambiance(s) garantie(s)! Au chapitre des défauts – il en a peu – je relève une légère tendance à la déformation. Rien à voir avec le phénomène «canne à pêche» de certains objectifs, loin de là, mais ça pourrait rebuter quelques fans d’architecture. Compact, bien construit, il m’a permis de m’ouvrir à la vidéo.

 

Enfin, je voudrais souligner qu’au-delà de ces deux merveilleuses optiques Sigma, je travaille encore régulièrement avec un EF 50-200 f/3.5–4.5L de Canon. Achetée d’occasion il y a une douzaine d’années pour une poignée de yens, cette optique rare date de 1987. Elle m’est utile pour les portraits très rapprochés. Je l’utiliserai jusqu’au jour de sa mort naturelle, rassuré que la qualité des optiques Sigma ART puisse égaler celle de cet objectif prestigieux, que les modèles avec lesquels je travaille se plaisent à appeler «La grand-mère».

Allison.jpg

Les liens disponibles pour voir un peu plus de son travail, ça décape en plus !

Sept.2018 / mise à jour juillet 2019

© 2018, 2019 Sigma Romandie | Ott+Wyss AG | Christian Cuennet

Toutes les images présentées sur ce site sont propriétés de leurs auteurs respectifs et sont mises à disposition de sigma-suisseattitude.ch uniquement.